Un brin d'estragon sur une page de "Manon des sources" de Pagnol...

J’aime mêler la peinture à l’écriture… J’aime voir mon pinceau venir exprimer ses émotions au milieu des mots gorgés de poésie que la plume de Pagnol a laissé sur la page….

IMGP5536

Les Arabes l'appelaient "tharkhoum" devenu "targon", puis "dragon" (nom porté jusqu'au XVIè siècle). Les feuilles fines rappelleraient la langue étroite et fourchue du dragon, d'où son nom d'herbe à dragon, dragonne, etc..., à moins qu'il s'agisse de la légende qui lui attribuait la propriété de guérir des morsures de serpent. Leur saveur est légèrement amère, piquante et anisée: elles peuvent parfumer un œoeuf à travers sa coquille!

IMGP5538

IMGP5537


…Remède très apprécié des arabes (tarkloum) . Introduit en Europe lors des croisades et en France au début de la Renaissance (XVIè siècle),

 Chez les Arabes, c'‘était l'‘un des constituants d‘'un philtre d‘amour. Les Indiens s’'en frottaient le corps en pensant ainsi acquérir une séduction irrésistible. En Inde, le jus était réservé aux souverains.