Une étude de coquillages et un texte d'Elisabeth Goudge....

020 étude coquillage

Extraits de « Le pays du Dauphin vert » d’Elisabeth Goudge

« …Son plus précieux trésor, la boîte de coquillages que tante Marguerite lui avait envoyée. Elle adorait ces coquillages et tous les soirs, après que papa l’eut quittée, elle sautait du lit, sortait sa boîte, étendait les coquillages sur son oreiller et jouait avec. Les plus gros coquillages représentaient pour elle les différentes histoires que papa lui avait racontées au sujet de l’île. La coquille gris bleu, qui avait la forme d’une vague creusée par le vent, était l’histoire des sarregousets qui chevauchent sur la mer et mangent dans la grotte de la baie des petites fleurs. Celle qui avait la forme d’un bonnet de lutin, c’était l’histoire du paysan si pauvre qu’il demandait en allant se coucher l’aide des fées et qui en se réveillant le lendemain matin, voyait  toutes les fleurs des genêts sous sa fenêtre transformées en pièces d’or ; celle qui avait la forme d’un pétale de rose était l’histoire de la petite fille qui regardait dans un puits enchanté et exprimait le souhait d’avoir un petit frère, et ce dernier s’ébattait aussitôt au milieu des boutons d’or. (…)Enfin, une coquille couleur lavande, en forme de quenouille, figurait une vieille Islandaise ayant tissé un tapis magique qui l’emportait aux pays des merveilles. »illustrations anglaises Margaret winifred Tarrant illustrations de Magaret Winifred Tarrant qui peignait avec tant de grâce les fées, les lutins et les sarregousets dans les années 1950